Twitter me rend paresseux

Ce billet a été initialement rédigé sur le défunt blogue À la base 2

twitterJe me considère un juste milieu entre un natif numérique et un immigrant de celui-ci. En réalité, je connais peu ces termes, car je l’ai est appris lors de la conférence de Marc Prensky (anglais) au Webcom de mai 2008 (je me promets de lire un peu plus sur le sujet lorsque le temps me le permettra). Étant situé, encore la, dans le milieu de la Génération YComme toute personne qui vie avec la merveilleuse invention qu’est Internet, j’utilise grandement Google comme moteur de recherche. Bien sûr il y a eu plusieurs autres moteurs que j’ai utilisés avant l’apparition et la montée en force de ce dernier. Soyons honnête, maintenant lorsqu’on parle moteur de recherche, on parle de Google que cela n’en déplaise à Yahoo ou à Microsoft.

Pour moi Google sert à toutes les sauces: recherche d’une définition d’un mot, recherche du site web d’une compagnie ou d’un individu, recherche d’une adresse, recherche pour documenter une formation, recherche d’un type d’entreprise X (quoi que maintenant le service Praized de Praized Media a prit sa place), recherche pour m’aider dans mon travail, recherche d’image, recherche du meilleur produit pour telle ou telle chose… Je pourrais continuer cette liste longtemps et je crois que c’est comme ça pour plusieurs d’entre nous. Je mentionne Praized ci-haut qui a remplacé Google, non pas parce que la machine de Praized Media est plus grande, mais parce que le service en ligne qu’ils offrent est axé autour d’une communauté (je pense en faire un billet éventuellement).

Ce qui m’amène au point principal de ce billet: je crois que Twitter est en train de devenir un petit Google axé autour d’une communauté. Pour ceux qui ne connaîtraient pas Twitter, je vous suggère d’aller lire l’article sur celui-ci dans Wikipédia. Non pas que je prédis comme plusieurs personnes que Twitter va complètement remplacer Google, il ne faut pas virer fou, mais présentement il me sert beaucoup pour mes recherches.

Exemple: j’ai décidé de m’inscrire à Twitter et j’aimerais savoir parmi les nombreux clients Twitter pour iPhone, lequel serait le meilleur. Vous conviendrez que de trouver le meilleur est très subjectif. Le meilleur change d’une personne à l’autre, mais vous comprenez le principe. Donc, je peux bien sûr aller dans Google et tapez ma recherche. Il me fournira plusieurs liens sur plusieurs évaluations sur différents sites professionnels ou non ainsi que plusieurs sites des clients existants. Je devrais donc à ce moment faire le tri dans les sites retournés et voir lesquels semblent pertinents. Ensuite, je ne me fierais pas à un seul, mais bien à plusieurs sites, dont pour la plupart, je ne connaitrais pas les auteurs. Je ferais donc confiance à des inconnus.

Vous me direz qu’il y a le iTunes Store qui me permet de faire ça plus rapidement. Effectivement, je pourrais lister les clients Twitter pour iPhone. Encore la, j’aurais plusieurs choix et je me baserais sur des évaluations (quand il y en a) faites par des inconnus.

Pourquoi ne ferais-je pas un message sur Twitter demandant “Quel est le meilleur client Twitter pour iPhone selon vous qui me permet de faire un retweet?” par exemple? Bien sûr dans le nombre de personnes qui me suivent, il y en a au moins la moitié sinon plus que je ne connais pas en personne, mais pour l’autre moitié, leur réponse vaudra de l’or (je dis ça, mais il y a plusieurs cyberconnaissances dont je considérerais les réponses aux mêmes titres que de réelles connaissances). Je pourrais facilement sur les réponses reçues, minimiser mon nombre de clients à tester, car j’aurais moins de réponses que par Google et surtout, je pourrais peut-être en écarté certaines sachant que je n’ai pas les mêmes goûts que telle ou telle personne.

Je ne dis pas que depuis que je fais ça je n’utilise plus Google pour faire mes recherches moi-même, mais simplement que ça me permet à quelques reprises d’alléger la tâche. Twitter me rend paresseux, mais en réalité, je l’utilise plus pour la force de mon réseau, de ma communauté Twitter que pour le temps qu’il m’économise! Remarquez qu’ici j’aurais pu remplacer le terme Twitter tout au long de ce billet par celui de Facebook qui contient aussi un réseau de personne que je connais. Qui plus est, dans mon cas, exclusivement de personnes que je connais dans la vie de tous les jours, car je n’accepte que des personnes que je connais sur Facebook contrairement à Twitter ou LinkedIn qui sont des buffets à volonté!

Dans la folie de tout ceci, je crois sincèrement que Google va se diriger vers une avenue de ce genre. Ils ont commencé un peu avec Google Friends Connect (anglais), mais je crois qu’ils auraient tout intérêt à amener les utilisateurs de leur moteur de recherche à former une certaine communauté. Quelque chose du genre où les premiers résultats pour une recherche seraient non pas ceux avec le plus de vote de confiance, mais ceux que ma communauté ou mon cercle d’ami(e)s aurait appréciées. Peut-être que Google est déjà en train de créer ça au moment où j’écris ces lignes…

J’étais curieux de voir si ce que je pensais sur le sujet était monnaie courante ou si le fait d’avoir la grippe me faisait sortir quelques inepties, alors voici quelques liens qui traitent du sujet:

Veuillez prendre note que ce ne sont pas des articles qui présentent nécessairement la même opinion que moi, mais bien des articles qui traitent du sujet dont j’ai parlé ci-haut.

Share the love

Twitter Facebook LinkedIn Google Plus

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *