Retour sur le Webcom 2009

Ce billet a été initialement rédigé sur le défunt blogue À la base 2

DSC_0112Vous pensiez que je ne ferais pas le billet que je vous avais promis sur le Webcom? Vous avez même douté de mon implication en tant que blogueur officiel? Je ne vous en veux pas, même les organisateurs en ont douté! Mais je vous arrête, ce billet qui peut sembler tardif est tout simplement une idée magistrale de marketing de ma part! Oui oui… je me recycle dans le domaine! Il y a eu tous ces tweets ce jour-là, ainsi que les photos mises en ligne, les billets le lendemain voir le soir même… mais… que dit-on sur le Webcom 1 semaine après? Plus rien! Alors, je me suis dit, pourquoi ne pas publier mon billet environ 1 semaine plus tard. Comme ça on pourra faire renaître la flamme encore quelques instants!

Comme vous le savez, mercredi le 13 avait lieu la conférence Webcom Montréal. Je faisais parties d’un groupe de 5 blogueurs officiels pour l’événement. Voici donc mon retour sur ce qui fut une très belle journée.

Le Webcom c’est plusieurs conférences de plusieurs conférenciers de renommées internationales. Dans l’équipe de blogueur, j’ai eu le plaisir, comme disait l’ami Claude Malaison, d’être un atome libre. Certains d’entre nous avaient des conférences attitrés questions de couvrir entièrement le Webcom, mais moi, je pouvais aller où bon me semble. Notre mission, relatée sur Twitter le jour même ainsi que sur nos blogues respectifs par la suite, les faits saillants et nos impressions sur cet événement.

Il y avait 3 axes de conférences principales la plupart du temps, soit “Communications et Innovation”, “Marketing et Identité” ainsi que “Technologies et Affaires”. Ce fut donc extrêmement dur de choisir lesquels je couvrirais, mais voici ma liste agrémentée de quelques notes sur ces présentations:

Savez-vous comment bâtir un «Open Mesh»? de Marc Canter (le début seulement, malheureusement il y avait un problème chez un client que j’ai du régler).

  • Open est le “buzzword” du jour.
  • L’industrie de la santé est la moins efficace côté gestion des données: il donnait comme exemple que si on consulte un docteur X, si on veut aller voir le docteur Y, il n’a pas nécessairement accès à notre dossier et on doit répondre encore et encore aux mêmes questions. <- Assez d’accord sur la gestion des données, sauf qu’arrêté de chialer après notre système de santé, au moins ont en a un qui nous coûte peu cher à comparé à ailleurs!
  • Voici les “slides “ de sa conférence.

Investir moins, convertir plus de Simon Lamarche (ici seulement la fin à cause du problème au bureau)

  • Laissez votre équipe parler… c’est vos clients qui décideront.<- Pas totalement tord quand on y pense, mais il ne faut pas laisser son équipe parler pour rien, prenez en compte ce qu’ils disent!

Connais-toi toi-même: Socrate à l’ère des médias sociaux de Caroline Allard.Je n’avais pas le choix, Caroline m’a presque démoli l’épaule la veille pour que je couvre sa conférence… Ok, j’exagère un tantinet, c’est la conférence que j’aurais choisie même sans les menaces 🙂

  • Généralement les conversations sur une marque ou un individu dans les médias sociaux sont non sollicités.
  • Utiliser les médias sociaux pour orienter son identité.
  • Étude de cas de sur Tim Hortons
    • Les mots clés francophones sont surprenants. Ceux qui reviennent plus souvent sont: voiture, ouest, voyage…
    • Au niveau anglophone c’est la proximité qui revient dans les mots clés pris sur des blogues.
    • Il y a là une différence de conception et des discussions.
  • En investiguant les médias sociaux, les blogues en particulier, on peut comparer le message qu’on veut passer versus ce qu’on en dit.
  • Il faut varier son message dépendant du public visé (exemple: anglophone vs francophone).
  • Deuxième étude de cas sur Inter Pares
    • Ils ont misé sur des mots clés qui étaient reliés au temps des fêtes pour améliorer leur campagne sans nier leur identité.
    • Les concepts utilisés révélaient les valeurs chrétiennes sans jamais y faire référence vu le côté non religieux de l’organisation.
  • L’orientation: comment utiliser notre public pour analyser notre cheminement.
  • Exvisu génère une carte de mots clés qui permet de savoir aussi qui parlent de nous ou de notre marque/produit.
  • Twitter est une bonne source pour l’opinion et est plus facile a analyser.

Des outils intranet concrets pour communiquer et innover dans l’entreprise de Claude Malaison.

  • Graçe à un petit jeu sur la présence en ligne des personnes présentent à la conférence, ont a pu conclure que la salle était assez active sur le Web.
  • Présentation des générations immigrants ou natifs numérique.
  • À partir de 2000 les changements se font trop rapidement pour que la génération transmette l’expertise à la prochaine.
  • Le e-mail c’est pour les vieux. <- J’avais une blague ici, mais bon… la prochaine fois!
  • C’est maintenant la génération plus jeune qui montre à la génération d’avant… changement important!!!! <- ça, j’avoue que ça été ma révélation de la journée!
  • World of Warcraft (WOW) en parralèle avec une entreprise: autorité, projet, objectifs, expertises… La collaboration se fait très horizontalement dans WOW… une autorité distribuée.
  • Il faut créer une mémoire d’entreprise.
  • L’entreprise 2.0 se base sur 3 pilliers: collaboration, mémocréation et innovation.
  • Entreprise 1.0: hiérarchique, axée compagnie fonctionnement en silos, top-down, centralisé, équipe en 1 seul endroit,propriétaire, contrôle de l’info, technos dictés par les TI…
  • Entreprise 2.0: organisation aplatie, axée utilisateur, agilité, fonctionnement collaboratif, “bottom-up”, distribué…
  • La majorité des entreprises n’ont pas de politiques sur les réseaux sociaux <- peuvent causer des problèmes, car les employés y vont de toute manière.
  • Exemple entreprise 2.0: IBM a 27k blogues, 20k Wiki, le code de conduite a été construit par les employés à l’aide d’un wiki…
  • Ideagora: des sites où les gens suggèrent/discutent des choses pour l’amélioration de produits (fait par la communauté)

Étude de cas : Crowdsourcing: mettre la foule à profit de Martin Lessard (un peu en retard sur celle-ci dû à Claude qui a étiré son temps).

  • Question à se poser pour le crowdsourcing: comment faire en sorte qu’ils ajoutent du data au projet? Est-ce que les utilisateurs peuvent ajouter de la valeur?
  • Une idée sur 100 devient une bonne idée d’affaires.
  • La durabilité est l’avenir.

Savoir, savoir faire et faire savoir: Bon dosage des TIC et du potentiel humain dans les organisations de Éric Blot, Éric Mellet et Philippe Pierre.C’est type sont très sympathique. J’ai eu le plaisir de discuter avec eux la veille de l’événement devant une bière (bien eux du vin voyons).

  • Comment construire la confiance avec des gens qu’on ne voit pas?
  • Donner une conférence en buvant du vin, mangeant du pain et en mangeant du fromage… <- on cultive les stéréotypes français!
  • La conférence prend comme exemple leurs expériences dans une grande entreprise comme L’Oréal
  • On se donne le droit à l’erreur… <— QOTD!
  • Si tu n’es pas sur Internet, tu es mort… <— pas pire celle là aussi, c’est comme ça que je me sens quand je pars loin de mon ordinateur.
  • Pour que ça fonctionne: il faut des dirigeants qui s’engagent, des personnes qui y croient…

Le panel La portabilité des données, Ça vous dit quelque chose ? de Sylvain Carle, Carl Charest, Dominique-Sébastien Forest et Evan Prodromou

  • L’échange d’information fluide permettrait une personnalisation d’un futur plus technologique.
  • Belle présentation d’un scénario futur, mais pas très lointain de Dominique-Sébastien Forest. <- J’ai hâte de revoir le PowerPoint.
  • Tout le monde va être connecté en même temps en 2020.
  • Evan twittait durant le panel, ça montre le niveau de geekness lors de cette conférence.
  • Si tout le monde travaille ensemble, on pourrait devenir expert/leader au Québec dans la portabilité des données
  • Utilisation de RSS pour connecter les contenus de différents sites/plateforme ensemble (Branchez-vous)
  • Branchez-vous va avec WordPress pour les prochains projets <— good shoot monsieur Charest (j’aime tellement dire ça comme ça)
  • Un fait notoir: Carl était sans son fidèle chapeau… (on m’a demandé de noter les faits importants bon)
  • Pour un vol d’identité, on doit faire affaire avec l’endroit du site hote. <— bon à savoir.
  • Les pages jaunes canadienne utilise l’API de Praized
  • À l’air du Web 2.0, on ne fait plus un site… on fait des sites inter-connecté
  • Premier syndrome chez tout les technologues: tout inventer!
  • Praized = recherche local + social
  • Pandora est un peu un reflet du futur… du contenu adapté, toujours avec des choix
  • Si on est sur Internet, la compétition c’est le monde. <— Effectivement.

Le principe de divergence de Hervé Fischer (je suis arrivé pas mal à la fin, car je prenais des photos des lieux et de différentes personnes vu qu’il n’y avait pas de photographe officiel… Je prend la job pour l’an prochain si je ne peux bloguer [message subtil ici])

  • On a besoin d’une éthique planétaire pour notre évolution.

La Charte Numérique : Comment encourager la transparence à travers toute l’entreprise de Jessica Lipnack

  • On ne peut régler des problèmes du 21e siècle avec des organisations du 19e siècle. <- Oh qu’il y a du monde qui gagnerait à comprendre ça.
  • Les organisations ont une hiérarchie en forme de diamant et non de pyramide.
  • Le mot de la fin était super: s.v.p. réseauté.

Gérer son I-dentité numérique jusqu’à l’E-mortalité Web de Gabe McIntyre

  • Dans plusieurs années il y aura des archéologues du numérique
  • Bonnes questions, même si comique, présenté par McIntyre
  • J’adore le fait que son icône au lieu d’être un drapeau de son pays, c’est un logo d’Internet
  • http://virtualimmortality.org
  • The Internet is me… The Internet is you… The Internet is us… we share… we communicate… we connect… we are a node
  • What about your web presence after your death ?
  • Interesting questions on Web immortality from
  • Do you think there should be a dead or alive sign attatched to your name (on the web)?

Réseaux sociaux : voulez-vous être mon ami (ou follower, fan, listener, etc.) ? de Cyrille de Lasteyrie alias Vinvin

  • Dans Facebook, la vie commence dans Facebook. <— C’est plus que même si tu as vécu 20 ans avant, tes ami(e)s FaceBook ne voit qu’à partir du moment que tu y es. Bon ok, c’était mieux dans le contexte de la présentation.
  • Le choix que nous avons maintenant est de confirmer ou ignorer. <— C’est terrible, ignorer… On se sauve un peu de ses responsabilités avec ça.
  • Facebook est pour retrouver ses ex… <— Je confirme!
  • J’ai trouvé ce type vraiment drôle.
  • Nous sommes tous des paparazis 2.0 <— J’adore cette expression.

Panel : Open Web. Vraiment ouvert à tous les usagers ? de Marc Canter, Patrick Chanezon, Evan Prodromou et Allen TomSérieusement pour avoir pris un verre avec Marc Canter je peux dire qu’il est vraiment dynamique. Puis j’ai jasé beaucoup avec Patrick Chanezon que j’ai trouvé très sympathique. Première discussion avec un type de Google!

  • J’adore Marc Canter… il dansait sur la scène avant son panel!
  • C’était la conférence la plus geek, mais encore là j’ai écouté que des brides, car on m’a demandé de prendre des photos de la salle.

Webcamp

Je ne suis pas resté longtemps pour profiter des conférences. Par contre, c’est le genre d’événement qui me plait du au fait qu’il y a une réelle discussion. L’an prochain, j’irais y faire un tour plus longtemps.

  • Comment être invitant? Le monde réel réussi mieux que le monde numérique à concevoir une notion d’accueil.

En résumé, en tant que participant au Webcom, ce fut une journée totalement bien investit. Même sachant que je dois rattraper mes heures que j’ai pris mercredi, non pas par médiocrité de mon employeur, mais bien par professionnalisme vu que nous sommes sur la fin d’un projet, je ne regrette rien. D’autant plus qu’à titre de blogueur officiel, mon expérience est d’auatant plus enrichissante. J’ose même relancer la production pour m’offrir pour la prochaine édition!

En résumé, des sujets intéressants, d’actualités et ce avec des experts du milieu… que demander de mieux? Et vous, comment avez-vous trouvé votre Webcom? Serez-vous présent au prochain?

Quelques sources d’informations autres sur le Webcom

Share the love

Twitter Facebook LinkedIn Google Plus

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *