Paul Laurendeau

Ce billet a été initialement rédigé sur le défunt blogue Portrait de blogueurs

Né en 1958, l’auteur du CARNET D’YSENGRIMUS, Paul Laurendeau a été vingt ans professeur de linguistique au Département d’Études françaises de l’Université York (1988-2008). Docteur ès Lettres de l’Université Denis Diderot (Paris VII), il est l’auteur d’une cinquantaine d’articles et de chapitres d’ouvrages en linguistique et en philosophie du langage. Il fut aussi un des collaborateurs-fondateurs du site de pastiche littéraire Dialogus, où des correspondants de tous les pays francophones entrent en interaction épistolaire avec les grandes personnalités du passé. À ce titre, il a collaboré à l’ouvrage collectif Entretien avec quatre philosophes, paru en 2005 aux Éditions Hurtubise HMH (Montréal), y pastichant les rôles de Karl Marx et de Socrate. Paul Laurendeau a publié un roman intitulé L’assimilande (2007) et deux recueil de nouvelles, l’un intitulé Femmes fantastiques (2008), l’autre intitulé Contes factuels, érotiques, sardoniques (2008), aux Éditions Jets d’encre (Saint-Maur-des-Fossés, France). Il a aussi fait paraître, dans la revue franco-ontarienne Virages, huit nouvelles: Les trois passes d’arme de Mademoiselle Ibsen (numéro 27), On m’a donné une odeur (numéro 31), Amour, veuvage et racontars – Une lettre de Madame Émilie Teste (numéro 34), Ce garçon effacé dont le pianoforte jouait des notes si claires! (numéro 37), Quand les frusques et les verroteries faisaient éclater de rire (numéro 39), Bertrande Girandole (numéro 42 – dont il a aussi coordonné l’édition), Pourboire exponentiel (numéro 46) et Un pont ultime entre le roman et le film (numéro 49). Le site littéraire Écouter, lire, penser donne aussi accès à ses poèmes, à ses traductions, à ses critiques livresques et cinématographiques et à ses textes de chansons. Paul Laurendeau vient de terminer une trilogie romanesque intitulée Le cycle domanial, dont le premier tome, intitulé Le thaumaturge et le comédien, est paru aux Éditions Les Écrits francs. (Montréal) en 2008. On lui doit aussi un recueil de poèmes, intitulé Poésie d’outre-ville, paru chez ÉLP en 2009, et un roman intitulé Adultophobie paru chez ÉLP en 2010. Les récits de Paul Laurendeau sont du genre réalisme insolite. Les personnages féminins y ont une importance décisive. Ce sont des aventures étranges et complexes dans des mondes fictifs mais possibles, traversés par des crises sociales biscornues mais plausibles. Le style mobilise toutes les ressources de la langue française sauf une: l’anglicisme. Les réalités inventées sont souvent désignées par des mots inventés.

Share the love

Twitter Facebook LinkedIn Google Plus

Leave a comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *